[Advertising] D’où vient l’AquaPoney ?

by

IL ETAIT UNE FOIS, L’AQUAPONEY.
J’peux pas, j’ai aquaponey. Nul doute que vous ayez déjà entendu cette phrase dans la bouche d’une personne de moins de 30 ans, qu’elle soit cavalière ou non. Faire de l’aquaponey, c’est LA réponse ultime quand vraiment VRAIMENT vous ne voulez pouvez pas faire ce truc que l’on vous demande. Une expression devenue tellement banalisée qu’il vous serait difficile de vous rappeler son origine. Et pourtant, la réponse n’est peut-être pas bien loin.

www.pegasebuzz.com | J'peux pas, j'ai aquaponey L’aquaponey, une expression venue tout droit des bacs à sable ? Pas sûr. Mais il est probable que l’expression y ait trouvé le berceau de sa viralité.

Vous n’êtes pas sans savoir que les enfants sont très sensibles à la publicité et, tout autant, les ados (rebelles de préférence). Cette publicité, c’est celle de Toyota. En 2013, la marque créé le buzz avec son spot « Le cours d’AquaPoney ». Dans lequel, une punchline à l’attention des connasses femmes – cible que la marque affectionne tout particulièrement : « Pour essayer de vraies nouveautés, venez plutôt chez Toyota ». BOUM ! La chute est sans appel, l’aquaponey n’existe pas, vous avez presque failli y croire et ça fait déjà des déçues.

Alors l’AquaPoney, un sport tout droit venu des « States » ? Vous avez tout faux : c’est de la créativité made in France ! Initié par l’agence parisienne Saatchi & Saatchi + Duke, ce spot totalement décalé reflète l’esprit même de l’agence des « lovemarks », « Nothing is impossible ». Vous l’aurez compris, l’aquaponey est bel et bien le fruit d’un brainstorming à la 99 Francs. Il était donc impossible pour moi de vous parler de l’origine de l’aquaponey sans l’aide de l’un de ses créateurs : Olivier Gamblin, directeur artistique. C’est chose faite, voici un extrait de l’interrogatoire.

L’INTERVIEW.

[Roxanne] Comment l’idée d’aquaponey vous est-elle venue ? Qu’est-ce qui vous a inspiré ?
[Olivier Gamblin] Elle nous est venue pendant un brainstorming. Nous cherchions un sport qui n’existait pas et qui devait avoir l’air « grotesque ». Les femmes sont toujours à la recherche de nouveaux sports innovants. Nous étions en plein boom de l’aquabiking, du pilates, de la zumba, du yoga norvégien, du power plate… Nous trouvions ça drôle d’inventer un nouveau sport. Nous avons donc mixé l’aquabiking et le poney !

Comment le client, Toyota, a-t-il réagi face à cette proposition ?
Le client a très bien réagi. Il a trouvé ça très drôle. Toyota est un client très créatif, qui ose faire de la publicité qui divertit les gens, qui les fait rire… Très vite, cette idée a fait l’unanimité lors des réunions. Notre Directrice de création, Anne-Cécile Tauleigne, nous a suivi et appuyé. Elle était très enthousiaste également.

En tant que « pubard », qu’est-ce que vous évoque le poney ?
Pour des pubards, le poney est un animal drôle. Tout comme le singe, le chien ou les chats ! Les animaux sont souvent des héros de saga (OMO et le singe, Canal+ avec l’ours, les licornes et même le sanglier en 2015). L’enthousiasme autour des licornes y a été forcément pour quelque chose aussi…
Notre job ne se résume pas (heureusement) qu’à vendre des produits. Il nous permet également de divertir les gens, de les amuser, de créer de la sympathie pour la marque, créer du lien, de la connivence. C’est ce qu’on appelle de l’advertainment. Un mix entre publicité et divertissement. Et ça marche plutôt bien. Qui se souvient du prix de la voiture ? Personne ! Par contre tout le monde se souvient que Toyota est la marque sympa, qui est proche des gens, qui est créative et qui a de l’humour.

What else ?
Nous sommes très fiers d’avoir réalisé ce projet. Dans la vie d’un créatif en agence, il y a deux façons d’être reconnu : soit en récoltant des prix dans les festivals internationaux et français, soit en rencontrant un succès populaire.
D’un point de vue plus personnel, c’est la deuxième fois qu’une de mes pubs rencontre un tel succès. J’ai travaillé il y a quelques années sur la saga Free avec « Rodolphe » le geek, qui elle aussi avait fait carton plein avec plus de 2 millions de fans et 4 millions de vues. Aucune de ces deux campagnes n’a été récompensée par le milieu très « parisien intello bobo pubard » mais l’intérêt et l’accueil du public nous réconforte. Votre enthousiasme, le nombre de like et de partage représente la plus belle des récompenses !!!*

***

* Vous l’aurez compris, Olivier fait allusion à la déferlante qu’a provoqué PegaseBuzz sur les réseaux sociaux en publiant la séance d’AquaPoney à la piscine de Vire dans le Calvados, repris peu de temps après par la presse régionale et nationale. A ce jour, la publication a été vue par 3 437 576 de personnes sur la page Facebook de PegaseBuzz. Preuve que parfois, les brainstormings de pubards peuvent devenir réalité (au moins pour la blague) !

A très vite,
Roxanne
XXX

Follow on TwitterLike on FacebookFollow on Instagram

No Comments Yet.

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *