Pourquoi la pub PMU sur la reprise des courses n’est pas un “coup de génie”

by

C’est officiel, les courses hippiques reprennent du service en France à partir de ce lundi 11 mai 2020 sur accord du gouvernement. Toute la filière du Trot et du Galop s’en réjouit. Les courses se disputeront à huis clos. Sans public donc mais ce n’est pas grave car “les paris sur les courses ne s’effectuent qu’à 4% dans les hippodromes, l’essentiel de l’activité c’est sur Internet et dans les points de vente” comme l’expliquait Cyril Linette, président du PMU sur BFM Business le 5 mai dernier. Pour l’occasion, le PMU (Pari Mutuel Urbain) a sollicité son agence de communication parisienne BUZZMAN pour réaliser un spot de publicité diffusé notamment sur les réseaux sociaux.

BUZZMAN était déjà à l’origine de la campagne réussie “Que le meilleur gagne”, sortie en avril 2019. Pour le déconfinement des courses hippiques, les créatifs de l’agence ont misé sur l’actualité et l’anthropomorphisme en imaginant une scène où des chevaux et poneys sont en chat vidéo “Houseparty” à l’instar des télétravailleurs et de la population confinée dans la publicité “Après le calme, la compète”.

L’idée est bonne. Mais il est vraiment dommage de ne pas être allé au bout de l’œuvre avec plus de cohérence, de vérité et d’authenticité avec la réalité en montrant de véritables chevaux de courses et non des chevaux de centres équestres, actuellement le maillon faible de la filière équine ; et qui malheureusement aura beaucoup plus de mal à se relever de cette crise, contrairement aux courses hippiques qui peuvent reprendre l’activité dès le 11 mai.

Quant aux boxes visibles dans la vidéo, cela ne devrait même pas être “montrable” dans une publicité parce que :
1. Ça ne ressemble pas à l’architecture d’une écurie de galop/trot où les boxes donnent généralement sur l’extérieur avec des portes de box hautes et plutôt en bois.
2. Les boxes à barreaux “portes de prison”, ce n’est (visuellement en tout cas) plus acceptable pour une société qui se tourne plus que jamais vers le bien-être animal, les courses hippiques pâtissent déjà énormément d’une image négative auprès du grand public sur cette thématique.
3. Le port du licol au box, c’est dangereux pour le cheval tout simplement.
4. Pour aller plus loin, il est sous-entendu que les chevaux (de courses) ne vivent que pour la compétition – ce qui est presque vrai, qu’ils ne sont finalement que des outils pour gagner de l’argent et ça ne fait pas du tout rêver.

Pub PMU 2020 par l'agence BUZZMAN

En validant une publicité comme celle-ci, l’impression que donne le PMU c’est que l’entreprise ne connait ni son sujet ni le cheval, point de départ de son histoire, ni les enjeux de sa propre filière. On peut y bluffer le grand public mais pas les passionnés toujours très attentifs aux détails. D’où l’importance de consulter des experts de la filière équine quand il s’agit de communiquer sur le thème du cheval.

Cela fait plusieurs années que le PMU peine à (ré)intéresser les Français aux courses hippiques. Mon sentiment, c’est que l’on oublie de s’intéresser à ce que les gens – en dehors des parieurs existants – veulent vraiment savoir ou ont besoin de savoir sur les courses hippiques pour leur donner envie de s’y impliquer économiquement en pariant.

Les courses hippiques, c’est avant tout la passion du cheval, la passion de l’athlète, le doute et toute l’émotion que la discipline procure, et des relations humaines. Ce n’est pas qu’un jeu d’argent, c’est un rêve commun, une vibration commune entre des éleveurs, entraîneurs, cavaliers d’entraînements, jockeys, lads, propriétaires, parieurs, spectateurs. Revenons à l’essentiel.


Suivre Roxanne Legendre sur Instagram ou sur LinkedIn pour plus d’informations en temps réel

Suivre le média PegaseBuzz sur LinkedIn et Facebook

Cet article vous a intéressé et vous souhaitez devenir un lecteur actif de la communauté ? Rejoignez le groupe Facebook La Buvette PegaseBuzz ou abonnez-vous à la newsletter La Buvette pour connaître les dessous du média PegaseBuzz

5 Responses
  • Clotilde Henault
    mai 10, 2020

    Bonjour Roxanne,
    Je travaille dans les courses justement, en alternance pour y terminer mon master en management, et je partage absolument tes conclusions.
    Il faut redonner de l’intérêt aux chevaux, au sport, à la relation homme / cheval plutôt qu’à des images rapides n’allant pas au bout de l’idée et qui donnent un effet « peu de budget »

    • Roxanne
      mai 11, 2020

      Bonjour Clotilde,
      Merci beaucoup pour ce retour. J’ose espérer que cela changera un jour.

  • Mathilde
    mai 11, 2020

    A la vue de la pub, j’ai trouvé l’idée bonne mais j’avais effectivement le sentiment d’un truc pas très abouti – fait dans la précipitation sans doute ? Le décalage entre les poneys montrés dans le spot et la gueule de chevaux de course est le plus probant !
    Je suis d’accord : les puristes verront tout ça. En revanche pour le grand public, à mon avis elle est virale !

    • Roxanne
      mai 11, 2020

      Merci pour ton commentaire Mathilde. A vrai dire, si elle réussit à être virale, ce ne sera que grâce à la pub sponsorisée sur les réseaux sociaux où elle est projetée massivement depuis quelques jours. On ne peut pas dire qu’il y a foule dans les commentaires de ces posts non plus d’ailleurs.

  • Leray
    juin 20, 2020

    Nul …ce n’est pas une écurie de course , sans doute un centre équestre .. licol en box… chevaux en box h24? … la discussion entre chevaux n’est vraiment pas percutante ..

Répondre à Mathilde Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *