Équipement équestre : outil de soumission ou de communication ?

by

Suite à la polémique des mules de compétition, la Fédération Équestre Internationale a jugé bon de redéfinir le mot « cheval » en vue de l’écriture de son prochain règlement. Ainsi le cheval ne serait plus un « equus né d’une jument » mais un « equus né de l’union d’une jument et d’un étalon et classé comme equus caballus. »

Bien-être du cheval et vision sportive

La vision du cheval de sport a évolué, sa génétique aussi. La considération permanente apportée au bien-être animal est une piste qu’il faut continuer d’explorer sans relâche et qu’il est indispensable de concilier avec nos sports équestres. Quelques monstres sacrés de l’équitation prouvent discrètement chaque week-end que performance sportive et respect du cheval pour ce qu’il a de plus naturel sont parfaitement conciliables. Pour en citer certains, Beezie Madden (USA), Marcus Ehning (ALL), Charlotte Dujardin (GBR), Steve Guerdat (SUI), Michael Jung (ALL), Ingrid Klimke (ALL) et notre frenchie médaillé olympique en CCE Astier Nicolas (FRA) démontrent leurs capacités d’adaptation à des types de chevaux très différents. Aussi particuliers soient-ils, leur base de travail est la même : accepter les chevaux tels qu’ils sont et communiquer précisément avec eux, dans le respect le plus total. Le naturel de chaque cheval définit son propre « moule » qui le conduira à la performance dans son domaine prédilection, le rôle du cavalier étant de s’y adapter et non l’inverse.

Puisqu’il est de bon ton de jouer sur les mots et avec les définitions du dictionnaire équestre, l’instructeur et cavalier professionnel Thomas Stempffer a souhaité soumettre son propre dictionnaire de l’équipement équestre à discussion – des fois que le règlement des compétitions internationales et les cavaliers ne soient pas à jour dans leurs basiques. Un petit rappel qui mérite toute notre attention pour ajuster et utiliser avec finesse et justesse son matériel à la maison et en compétition et ainsi s’assurer du bien-être de son cheval en toutes circonstances

Définitions équestres

www.pegasebuzz.com | Athina Onassis Horse Show 2016 - LGCT Saint-Tropez - William Whitaker.

Cravache : outil de remplacement ou de prolongation des aides du cavalier, visant à clarifier un code pour le cheval.

www.pegasebuzz.com | Athina Onassis Horse Show 2016 - LGCT Saint-Tropez - Kevin Staut & Ayade de Septon.

Éperon : outil de communication permettant de rendre plus brève et plus précise toute action consciente de la jambe du cavalier.

www.pegasebuzz.com | Athina Onassis Horse Show 2016 - LGCT Saint-Tropez.

Enrênement : artifice mis en place par le cavalier ayant pour but de mieux définir le cadre des aides dans lequel le cheval peut évoluer naturellement.

www.pegasebuzz.com | Athina Onassis Horse Show 2016 - LGCT Saint-Tropez - Kevin Staut & Ayade de Septon.

Embouchure : outil de communication entre la bouche du cheval et la main du cavalier, servant à transmettre des indications. Objet précieux mais non nécessaire à l’établissement d’une connexion globale permanente.

Noseband : lien délicatement ajusté, passant par la muserolle et visant à limiter l’ouverture de la bouche du cheval, empêchant ainsi les mouvements latéraux excessifs du mors.

www.pegasebuzz.com | Athina Onassis Horse Show 2016 - LGCT Saint-Tropez - Simon Delestre.

Selle : lien visant à unir un cavalier et un cheval dans des mouvements synchrones et confortables. Ce trait d’union favorise le ressenti, et assure l’équilibre du cavalier dans toutes les dynamiques tout en préservant le dos de l’équidé.

www.pegasebuzz.com | Athina Onassis Horse Show 2016 - LGCT Saint-Tropez.

Protège-boulets : protections des membres postérieurs placées autour des boulets du cheval, uniquement destinées à prévenir l’équidé de chocs éventuels lors de ses mouvements.

L’utopie du centaure

La redéfinition des bases de l’équitation peut-elle préserver les chevaux des abus ? Assurément, oui. Avec l’évolution du sport et de ses équipements, il est maintenant devenu indispensable de remplacer le terme « soumission » par « communication ». Sans tomber dans l’ésotérisme, les cavaliers performants sur le long terme considèrent le cheval comme un interlocuteur, minimisant leur temps de réponses et de réaction par l’usage de l’équipement. Tous tendent vers l’utopie du Centaure, où l’exécution se transforme en partage et où la connaissance de l’animal parfait son bien-être dans le sport et le loisir.

Cet article a été co-rédigé avec Thomas Stempffer.

Cet article vous a intéressé et vous souhaitez devenir un lecteur actif de la communauté ? Rejoignez le groupe Facebook Le Cocon by PegaseBuzz

1
2 Responses
  • Thierry Civel
    août 15, 2019

    And about the saddle
    Nothing ?

    • C
      septembre 1, 2019

      Ben si ! But must read….

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *